Compte-rendu – SSEC 2016

SSEC
Source : One Gear

Cette année, le Championnat d’Europe de singlespeed avait lieu du 20 au 22 mai en Slovénie, à Kobarid, un petit village de l’ouest du pays. Grâce à la générosité et la bonne humeur des organisateurs lors des événements internationaux des années précédentes, la destination a beaucoup attiré, malgré son relatif éloignement. Environ 230 participants se sont retrouvés sur place, soit environ 100 de plus que lors d’autres éditions « normales » du Championnat d’Europe. Un premier succès pour l’organisation alors que placer la Slovénie sur une carte était difficile pour beaucoup quelques mois plus tôt !

Cette attirance pour la destination s’est d’abord vue par les arrivées de participants étalées sur plusieurs jours. Quitte à faire le déplacement, certains en ont profité pour découvrir les alentours ou s’arrêter sur le trajet vers Kobarid. Malheureusement, la météo n’a pas été très favorable les jours précédents l’événement et notamment la veille avec sa pluie ininterrompue, ce qui aura d’ailleurs une influence sur les conditions de course plus tard dans le week-end. Toujours est-il que le jeudi soir, plus de la moitié des participants étaient déjà sur place, partageant une première soirée sympathique.

SSEC
Source : One Gear

Le lendemain, un soleil magnifique réchauffe rapidement l’atmosphère et redonne le sourire à ceux arrivés plus tôt. Ce vendredi est consacré à différentes sorties pour découvrir les environs, ainsi que la culture, l’histoire et la gastronomie locales. Les rivières à l’eau turquoise, les vues alpines, le fromage, la bière ou le musée de la Première Guerre Mondiale sont autant de choses que les participants découvrent lors de cette journée. En plus de nouvelles rencontres et de l’habituelle bonne ambiance régnant sur ce type de rassemblement, évidemment !

La soirée qui suit est d’ailleurs plus animée que la précédente, en partie parce que la quasi-intégralité des participants sont arrivés sur place. Une deuxième raison est la première épreuve décidant du lieu accueillant l’évènement l’année prochaine. Deux candidats se sont déclarés : Allemagne et Écosse ; et les deux équipes s’affrontent dans un relai à deux sur le vélo. L’Allemagne engrange un point et la soirée continue de plus belle, au son de l’accordéon reprenant des tubes de rock et hard rock.

SSEC
Source : One Gear

Samedi, jour de course ! Au petit-déjeuner, on découvre les premiers déguisements cachant parfois un réveil bien difficile. Après que tout le monde se soit préparé, le rendez-vous est donné sur la place centrale du village où une officielle souhaite la bienvenue à l’ensemble des participants, avant qu’une danse d’échauffement soit proposée. Plus de 200 singlespeeders dont une moitié déguisés, cela dénote au sein de Kobarid ! Après cette parade matinale, retour à Kamp Rut, le lieu central de l’évènement où la course est lancée de manière habituelle : départ type Le Mans après que les vélos aient été déplacés / cachés / empilés.

C’est un français, Renaud, qui fait le holeshot et part sur le premier tour avec une bonne avance. Après une brève montée, le circuit nous emmène d’abord sur une portion roulante traversant plusieurs hameaux, où les habitants nous encouragent. Puis on attaque le physique et le technique en quittant le fond de la vallée pour une première boucle dans les contreforts boisés des montagnes locales. À l’abri du soleil, le terrain est plus humide, demande de l’énergie dans les parties physiques, ainsi que de la concentration et de l’agilité quand les pneus glissent sur les cailloux ou racines.

Le parcours reprend à contresens une portion roulante du départ et bifurque sur une longue boucle finale que les participants motivés doivent parcourir trois fois. Pour ces courageux, le terrain change drastiquement sur cette boucle au fur et à mesure des passages. Mais cela reste une portion du parcours à la fois physique et technique, très bien tracée et profitant au mieux du terrain pour proposer quelque chose d’intéressant pour tous, notamment grâce à la grande proportion de singletrack. Au global, c’est un véritable parcours de VTT, plutôt long pour une épreuve de singlespeed, et qui ravit tous ceux qui aiment passer du bon temps au cintre de leurs montures. Un bon pont de plus pour l’organisation !

Au final, après avoir survolé les débats ce sont Kim Saenen et Angus Edmond qui bouclent l’intégralité du parcours les premiers. Ces deux habitués des podiums des épreuves de singlespeed ne sont pour autant pas sûrs de remporter l’épreuve, puisque la finale se fera au slalom / bière afin de départager les quatre premiers. Une formule originale, déjà vue dans le domaine du singlespeed (finale en kart lors du SSWC 2005, par exemple), mais inédite sur un Championnat d’Europe, de mémoire. Mais d’abord, se restaurer avec un goulasch typique de la région et se rafraîchir un peu !

SSEC
Source : One Gear

L’après-midi, c’est donc la phase finale de la course qui anime d’abord Kamp Rut. Les quatre premières et premiers s’affrontent deux à deux sur un court slalom parallèle en aller-retour, avec une pinte de bière à boire au milieu. Peu de difficulté à vélo, en dehors de trois cônes communs aux deux participants, mais la quantité de boisson à ingurgiter rapidement rend l’épreuve compliquée. Ainsi, même si on voit de beaux block-pass aux cônes communs, les places se jouent principalement à la capacité (ou non) des finalistes à avaler autant de liquide en un temps record. Un moment pas très agréable, mais il fallait rouler moins vite avant !

Un jeu similaire a servi de deuxième épreuve pour l’Allemagne – Écosse. Les équipes en sont ressorties à égalité, une dernière manche aura donc lieu au cours de la soirée pour les départager. En attendant, c’est repos ! Une courte sortie est organisée jusqu’à un lieu de baignade dans une rivière transparente, d’autres choisissent de lézarder à Kamp Rut ou d’aller découvrir les environs de leur côté. Mais ça repart de plus belle en début de soirée, alors que le soleil tourne à l’or puis au rouge et que le repas est servi.

SSEC
Source : One Gear

Un premier concert fait monter l’ambiance, puis c’est l’heure de la remise des prix. Angus et Noa sont couronnés et de nombreux prix sont distribués : meilleur déguisement, chute mémorable, plus long voyage à vélo pour se rendre à l’évènement (Pascal !), etc. Suite à cela, l’Écosse remporte le droit d’organiser l’évènement 2017 et repart donc avec le « trophée » portant les marques des organisations précédentes. Enfin, nos hôtes ce week-end, Ursula et Danijel, font un petit discours (très applaudi, évidemment !) et la soirée repart de plus belle avec un concert fantastique par des musiciens déguisés en super-héros. C’est le feu jusque très tard à Kamp Rut !

Dimanche, les petits yeux sont légion ; la fête a été bonne et le réveil est difficile… Certains prennent le départ à peine le petit-déjeuner avalé et le campement rangé. Une randonnée facile est organisée jusqu’à un pont datant de Napoléon, au dessus d’une des rivières limpides de la région. Rythme sénatorial, long arrêt baignade puis arrêt pizza plus loin sur le parcours, avant de se rendre au pont Napoléon et de redescendre à Kamp Rut en se laissant couler le long de la rivière. Beaucoup de participants ont déjà quitté Kobarid et les préparatifs de départ commencent pour ceux ayant pris part à la randonnée du jour. Quelques uns restent sur place pour une dernière soirée ou quelques jours de prolongation en Slovénie ou sur le trajet de retour.

SSEC
Source : One Gear

Pour résumer et comme vous l’aurez probablement compris, ce Championnat d’Europe a été l’un des meilleurs jamais organisés. Destination surprenante et magnifique, accueil chaleureux, organisation quasiment irréprochable, un peu d’inédit, tout était réuni pour rendre cet évènement mémorable pour tous les participants. Un immense merci aux organisateurs (Ursula, Danijel et tous ceux qui les ont aidés) et rendez-vous en Écosse en 2017 !