Depuis 7 ans, un évènement cyclocross se tient début novembre, non loin de Tournai (Belgique). Le petit collectif de Singlespeed Belgique organise ce cyclocross un peu dégénéré, qui porte le nom de Gogo Hellcross. Le Hellcross 2019 avait lieu le week-end dernier et, comme les éditions précédentes, a laissé une marque indélébile dans la mémoire des participants !

Visite à Hugo

Samedi, un rendez-vous est donné en milieu de matinée à Esquelmes, à la ferme qui accueillera la course le lendemain. Un petit peloton prend la direction de Tournai et plus précisément du cimetière sud de la ville. Sur place, des bières sont ouvertes et des accolades partagées. Le groupe est un peu plus gros maintenant et se dirige vers la tombe d’Hugo.

Depuis 2013, le Hellcross est organisé en son honneur, pour lever des fonds pour la recherche contre le cancer. Il est bon de le rappeler chaque année, notamment à ceux qui n’ont jamais connu Hugo. C’est la première fois que des participants à l’évènement se rendent sur sa tombe. L’ambiance est recueillie mais détendue, et le soleil apporte un peu de chaleur à ce moment important.

Après quelques mots de la part de sa femme, d’une de ses filles et de ses amis, le groupe reprend le chemin d’Esquelmes. Sur place, tout se met en place pour accueillir tous les participants, autant pour le soir-même que pour le lendemain. Certains roulent l’après-midi, notamment pour se rendre à la brasserie De Ranke, qui fait office d’accueil pour les inscrits pendant quelques heures.

Que la fête commence !

À la nuit tombée, il est temps de retourner à la ferme, à Esquelmes. Une soirée avec concerts est organisée, dans un hangar agricole qui se réchauffe doucement au fur et à mesure qu’il se remplit. À l’extérieur, un camion-friterie alimente les participants et à l’intérieur, la bière les désaltère.

Hellcross 2019

L’environnement n’est peut-être pas aussi propice à faire monter l’ambiance que les pubs de Tournai. Mais il en faut plus pour effrayer les singlespeeders ou pour entamer la bonne humeur. Ainsi, il n’y a que des sourires sur les visages et beaucoup de bêtises racontées ! Une soirée classique sur un rassemblement monovitesse, n’est-ce pas ?

Lâchez la meute !

Dimanche, place au Hellcross 2019 en lui-même ! Dès le milieu de matinée, le petit hameau d’Esquelmes s’anime avec une foule bariolée et souriante. Les enfants ouvrent le bal, puis place aux adultes, pas plus sérieux ni concentrés. On a le public qu’on mérite, a priori…

Les 150 participants sont répartis arbitrairement en troupe poules, qui s’élancent les unes après les autres pour près d’une heure de course. Le parcours ressemble à celui des éditions précédentes à la ferme, avec un bosquet sinueux et étroit qui coupe le parcours en trois parties. Peu de dénivelé au global, mais de beaux dévers et plus de passage à pied que les éditions précédentes.

Hellcross 2019

Évidemment, le départ de chaque poule est pimenté par les facéties habituelles des organisateurs. Roues avant enlevées, casques ou chaussures à retrouver, tout le monde a son lot de hasard pour le départ type Le Mans. Le spectacle qui s’ensuit est particulier, avec des coureurs déguisés essaimant le parcours et des spectateurs pas en reste pour participer aux festivités !

Boue et caravane

Ainsi, la caravane, obstacle obligatoire du circuit, est l’un des hauts-lieux de l’animation au cours de la journée. C’est notamment le cas quand des musiciens s’installent à son bord et animent le lieu. Mais comme l’édition manque de boue, certains spectateurs n’hésitent pas arroser copieusement le sol avant l’entrée dans la caravane, provoquant glissades et chutes dans celle-ci.

À la sortie de la caravane, ce sont des fanes de betteraves qui jonchent le sol et qui sont parfois jetés à la tête des coureurs. Ailleurs sur le parcours, il y a moins de spectateurs, on croirait presque voir une course de cyclocross habituelle. Mais les déguisements trahissent le caractère festif de l’évènement aux quelques badauds qui passent.

Hellcross 2019

Dans l’après-midi, la caravane agonisant, les spectateurs se déplacent ailleurs. Deux autres endroits du parcours ont le droit d’être arrosés, rajoutant de la difficulté pour les dernières courses de la journée, à mesure que le soleil décline. D’ailleurs, ce dernier chamboule le programme, tout autant que le retard (très « singlespeedesque ») pris au court de la journée.

En effet, la finale promise n’a pas lieu. Ou plutôt, la seconde demi-finale est décrétée comme étant la finale du jour. Et tant pis pour ceux qui ne sont pas dans cette dernière course ! Celle-ci se termine à la nuit tombée, par un contest de glissades dans l’un des virages arrosés. Personne ne sait qui a réellement gagné la course. Et après tout, peu importe, non ?

Clap de fin

La journée se termine avec un vote pour savoir qui a remporté le Hellcross 2019, au cours d’une remise de prix simple et sans cérémonial. La nuit est tombée, la caravane ne verra pas une troisième édition et l’ambiance est toujours au beau fixe. Participants et spectateurs se dispersent doucement, après une dernière bière ou une dernière gaufre (ou les deux).

Hellcross 2019

Déjà, il est question d’une huitième édition en 2020, sans l’ombre d’un doute. Le Hellcross est nécessaire et addictif, autant pour les participants, les proches d’Hugo, les spectateurs que les organisateurs. C’est une bouffée de vie à l’état brut, le meilleur évènement de vélo du Monde. À l’an prochain !

Merci

  • Aux organisateurs de ce Hellcross 2019
  • À la famille d’agriculteurs qui accueille l’évènement chez elle
  • À tous les participants et spectateurs, pour leur bonne humeur contagieuse

Photosotos : One Gear

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *