Hellcross
Source : One Gear

Depuis trois ans, le mois de novembre est synonyme de Gogo Hellcross. Cet évènement caritatif en mémoire d’Hugo est organisé par trois de ses copains au sein du collectif Singlespeed Belgique, dans le but de financer la recherche sur les tumeurs cancéreuses du cerveau. Au fil des années, l’évènement a pris de l’ampleur au point de devenir un rendez-vous incontournable pour la communauté singlespeed européenne. Ainsi, pour cette quatrième édition, plus de 200 coureurs étaient attendus pour cette journée unique, ce qui en fait le plus gros évènement cyclocross singlespeed en Europe !

Depuis la première édition, le Hellcross est un évènement d’une journée, ce qui donne l’occasion aux participants d’ajouter ce qui leur plaît au reste du week-end : tourisme, vélo, etc. Cette année, l’évènement débutait réellement le vendredi 11 novembre par une soirée dans une boîte de nuit privatisée pour l’occasion, avec trois concerts au programme, dont Little Legs, un habitué du Hellcross. Beaucoup de retrouvailles, de sourires et de souvenirs à ajouter au compte de cette soirée d’ouverture !

Hellcross
Source : One Gear

Le lendemain, rendez-vous à Esquelmes, pour une journée bien remplie sur la ferme qui accueillait l’évènement. En effet, après une course enfant en milieu de matinée, les adultes ont joué dans la boue et des coudes tout au long de la journée. Une dizaine de poules de 25-30min départageaient les prétendants à la finale par groupe d’environ 20 coureurs sur un parcours plus court et plus intense que l’an dernier. Très sinueux, toujours agrémenté de modules en bois, d’une traversée de caravane et d’un arrêt bière obligatoire, mais aussi d’un bac à sable en virage au contact de la foule en délire, ce parcours était très technique, malgré l’absence de dénivelé.

Évidemment, le Hellcross étant un évènement de singlespeed, les costumes étaient légion. On a tout de même vu moins de nudité que les années précédentes, compte tenu de la météo plus fraiche ! Ainsi, l’essentiel de la journée s’est déroulé sous un ciel gris agrémenté d’un vent persistant, avant que de petites averses ne rajoutent un peu d’humidité à la tombée de la nuit. Le parcours ayant déjà changé avec les centaines de passages, cette pluie a rapidement transformé le parcours pour les deux ou trois dernières courses de la journée. Du vrai cyclocross !

Hellcross
Source : One Gear

Sous une tente montée pour l’occasion et l’un des bâtiments de la ferme, de nombreux stands de nourriture et boissons ont permis de répondre aux besoins des 500 personnes s’étant déplacées pour la journée. Gros succès du stand de soupe à l’oignon, compte tenu de la température, mais les fûts de bière ont tout de même rendu leurs dernières gouttes en fin de journée. Le milieu du singlespeed a donc encore entretenu sa réputation d’alcoolique, d’autant plus que du calvados amené par le PCR a largement circulé, pour agrémenter le café (ou pas). Et la fête n’aurait pas été la même sans les prestations musicales de la journée, dont deux faites dans la caravane pendant que les coureurs passaient (qui a eu cette idée débilement géniale ?).

Après le coucher du soleil, une première course de nuit permettait de remporter un kit cadre (en taille S) offert par l’un des sponsors du Hellcross, au dernier de la course, sans que les participants ne le sachent avant la fin de l’épreuve, évidemment ! Puis ce fut le moment de la finale avec un départ type Le Mans où les vélos étaient amassés / cachés dans un minuscule espace coincé entre le bac à sable et la caravane, sous le regard de la majorité des spectateurs. Précipitation, rires, panique, cris, éblouissement, dans le désordre et sans numéro complémentaire. Puis monter sur son vélo, survivre au parcours glissant partiellement visible à la lueur des phares et recommencer jusqu’à ce que quelqu’un sonne l’arrêt de la course.

Hellcross
Source : Jos

Au moment de la remise des prix, la famille nous accueillant sur sa propriété a été chaleureusement applaudie, tout comme les gagnants de l’épreuve repartant chacun avec un sac de pommes de terre. Parmi le désordre habituel, bon-enfant et démonstratif, quelques larmes ont été versées à la mémoire d’Hugo. L’émotion est toujours palpable parmi les membres de la communauté, même si de nombreux participants n’ont jamais rencontré l’homme ayant suscité cet élan de bonheur et générosité. C’est aussi ça qui fait le piment du Hellcross et qui donne envie aux participants de revenir, année après année.

D’ailleurs, rendez-vous l’an prochain, où le Gogo Hellcross est prévu le 11 novembre. On vous y retrouve ?

PS : On trouve beaucoup de photos sur Facebook, mais Jos a eu le bon goût de faire une immense galeries avec ses photos. Merci !

One Reply to “Compte-rendu – Gogo Hellcross 2016”

Comments are closed.