Une fois n’est pas coutume, c’est un vélo dont le cadre est en aluminium qui est mis à l’honneur cette semaine, avec ce Trek 69er.

69er
Source : vectorbug

En 2007, Trek a voulu rendre hommage à l’un de ses coureurs les plus fidèles, Travis Brown. Ce dernier, en fin de carrière de coureur professionnel, a orienté la marque vers ce vélo pour le moins particulier, correspondant à sa manière de rouler hors compétition. En effet, Travis Brown a plusieurs tatouages de Champion du Monde de singlespeed, qu’il pratique(-ait ?) assidûment autour de Durango, tant en VTT qu’en cyclocross.

Avec le 69er, Trek a amené sur le marché l’un de ses vélos les plus originaux, avec son format de 96er, sa couleur et son montage. Ainsi, le trait le plus distinctif du 69er sont ses roues de diamètres de différents : 29″ à l’avant, 26″ à l’arrière. Selon les arguments du constructeur, la roue avant permet le franchissement et l’aisance dans le cassant, alors que la roue arrière de plus faible diamètre favorise la vivacité de la machine.

Mais il est probable que cette première version du 69er ait eu un succès (tout relatif, certes) principalement pour son esthétique réussie. Une machine qui restera une bizarrerie un peu à part dans l’histoire de Trek, mais qui ravit probablement tous ses propriétaires !

2 Replies to “Wednesday Showbike XL

  1. Cette « bizarrerie » est le singlespeed le plus abouti qui m’ai jamais été donné de voir.
    Travis Brown l’a pensé pour cette discipline particulière qu’il conaissait à merveille et ils (Trek) avaient compris (et démontré pour ceux qui l’ont essayé) l’intérêt du 29 pouces à l’avant depuis plus de 6 ans … tout en ayant compris aussi ses inconvéniants en laissant l’arrière en 26 pour plus de motricité.
    Ils ont osé ce dont beaucoup rêvent encore aujourd’hui, mais cette histoire de roues aux diamètres différents effrait dans le vélo (voilà bien longtemps aussi en moto que ça ne choque plus personne).
    Passé l’analyse du cadre qui est un bijoux à regarder et essayer, ce vélo possédait d’origine des éléments d’une rareté et d’une qualité jamais dépassés depuis (fourche maverick duc 32, pattes arrières paragon, moyeu arrière dt540ss…)
    Je dirai donc que ce vélo est plus qu’une bizarrerie, c’est une référence !

  2. Dans l’historique de Trek, ce modèle de 69er restera une bizarrerie, pas tout à fait dans la lignée des produits habituels de la marque, plutôt sages et sans prise de risque (esthétique ou de montage).
    La motricité à l’arrière avec une roue de 26″, c’est un mauvais argument. Vivacité, oui. Mais la motricité est bien meilleure avec une roue de 29″ à l’arrière, dont l’emprunte au sol plus longue est plus favorable.
    Quant à en faire une référence, c’est discutable. Certes, il a marqué, notamment pour son esthétique très léchée. Mais le contraste entre l’avant tout confort (avec roue de 29″ et DUC 32) et l’arrière très raide (avec le cadre aluminium body-buildé* et la roue de 26″) est une parti pris dans la conception qui ne peut pas faire l’unanimité.
    * Les pattes arrières ne sont pas des Paragon. Paragon Machine Works n’usine des pattes qu’en acier et titane, principalement pour les cadreurs artisanaux.

Comments are closed.