Wednesday Showbike CCLXXIX

Par David - 10 octobre 2018 - Commentaires fermés sur Wednesday Showbike CCLXXIX

Jones

Source : multispeedstu

Faut-il encore présenter Jones et son créateur ? Tout a été dit, en bien comme en mal, et finalement, chacun se fait son opinion sur ces montures originales. Très originales, et à plus d’un titre. Comme son créateur, finalement.

La monture ci-dessus, basée autour d’un cadre Spaceframe et de sa fourche associée, est un parfait exemple de la marque. Loin des canons actuels du marché, Jones continue son bonhomme de chemin, sans (trop) se soucier des modes.

Wednesday Showbike CCLXVII

Par David - 17 janvier 2018 - Commentaires fermés sur Wednesday Showbike CCLXVII

Jones

Source : daan bakker

Des années après la création de son entreprise, Jeff Jones continue de faire débat avec ses vélos surprenants. Basés initialement sur des roues de 29″, les châssis Jones ont probablement tout essayé côté tailles de roues : fat, 29+, 27.5+, etc. La cohabitation de ces standards sur un même vélo était d’ailleurs une spécialité de la marque. Désormais, ce sont les formats « plus » qui prennent le pas sur le reste dans la gamme Jones.

Et l’exemplaire ci-dessous en est exemple, puisqu’il s’agit d’un Diamond LWB (long wheelbase), prévu pour des roues de 29 x 3.0″ (29+). Ce châssis, très adapté aux grands gabarits semble l’un des plus populaires dans la gamme Jones à l’heure actuelle. Évidemment, cette popularité est toute relative, puisque la marque reste confidentielle. On aime ou pas, Jones a le mérite de l’originalité !

Wednesday Showbike CCXLIII

Par David - 17 mai 2017 - Commentaires fermés sur Wednesday Showbike CCXLIII

Régulièrement évoquée sur One Gear, Jones continue son bonhomme de chemin depuis sa création dans un garage de l’Orégon (États-Unis). Jeff Jones est toujours le cerveau derrière les montures qui portent son nom de famille, mais il n’en est plus l’artisan. Désormais, la production est sous-traitée à Taïwan, ce qui a eu le double bénéfice de rendre les châssis Jones plus abordables et d’améliorer les délais d’approvisionnement.

L’exemplaire ci-dessus est probablement la configuration de châssis la plus populaire de la gamme Jones : cadre Diamond et fourche rigide à parallélogramme, le tout en acier. Le montage du singlespeed du jour présente une particularité notable, avec la roue de 29+ à l’avant (29 x 3.0″). Le reste est sans surprise, avec un choix de pièces connues, sans surprise et assez typique pour un propriétaire de Jones. Cela n’en fait pas moins une monture rare !

Wednesday Showbike CCXXIV

Par David - 21 décembre 2016 - Commentaires fermés sur Wednesday Showbike CCXXIV

Jones

Source : M. Stitz

Il est probable que les lecteurs réguliers de One Gear n’aient plus besoin de présentation pour Jones. La petite marque américaine a beau avoir quitté le domaine artisanal depuis que la production a été basculée à Taïwan, elle n’en a pas moins gardé son attrait et son originalité. Évidemment, on doit cela au créateur, Jeff Jones, qui a contruit la réputation de sa marque sur sa pratique personnelle et son image.

Le monovitesse ci-dessus est un montage typique de Jones, basé sur un cadre Diamond acier et une fourche rigide à parallélogramme dans le même matériau. Agrémenté de gros pneus, d’un cintre H-bar, de bagagerie et de traces d’usure, on pourrait croire que cette monture sert à la promotion de la marque. Pourtant, il s’agit d’un ex-destrier de Markus Stitz, avant qu’il ne parte pour son tour du Monde en singlespeed. Bref, ce Jones en a probablement vu plus que beaucoup d’autres !

Wednesday Showbike CXCVIII

Par David - 8 juin 2016 - Commentaires fermés sur Wednesday Showbike CXCVIII

Jones

Source : Dean T.

Jeff Jones a beaucoup fait évolué sa marque depuis sa création, au début des années 2000. À l’origine, chaque cadre de la marque était soudé par son créateur, mais en quelques années, cela est devenu intenable compte tenu de l’afflux des commandes. Un premier essai de sous-traitance a été réalisé, avec l’un des plus grands noms du titane outre Atlantique, mais les produits Jones, compliqués à fabriquer, en ressortaient encore plus chers. Finalement, c’est désormais dans de petits ateliers artisanaux de Taïwan que les cadres Jones sont fabriqués. Cela a permis une chute importante des prix, ce qui rend beaucoup plus accessible ces produits si particuliers.

Les trois singlespeeds mis à l’honneur aujourd’hui sont de l’ère complètement américaine de la Jones. Aucun des vélos figurant sur cette photo (datant de 2012) ne montre les dernières directions choisies par Jones : démocratisation par l’acier, généralisation des pneus « plus » ou fat, couleur, axes traversant, etc. etc. Mais deux Spaceframe et un Diamond, tous les trois avec fourches rigides de type parallélogramme et cintres H-bar, cela fait beaucoup de titane et un tarif total probablement inavouable. D’autant plus que les montages ne sont pas vilains et font la part belle aux pièces haut de gamme. Désirable(s), non ?