Compte-rendu – Gogo Hellcross 2017

Par David - 17 novembre 2017 - Commentaires fermés sur Compte-rendu – Gogo Hellcross 2017

Hellcross

Source : One Gear

En quelques années, le mois de novembre est devenu synonyme de Gogo Hellcross. Ce cyclocross organisé à la mémoire d’Hugo par le collectif Singlespeed Belgique est devenu une institution, un repère dans le calendrier. Dès sa première édition, le Hellcross a donné le ton : amitié, solidarité et générosité, teintés d’un brin de folie. La recette est unique et attachante, voire addictive.

La cinquième édition de l’évènement avait lieu le week-end dernier et les festivités ont réellement commencé le vendredi soir, dans un pub de Tournai (Belgique ; vous aviez deviné, non ?). Certains sont arrivés plus tôt, en ont profité pour rouler dans la région sur les nombreux lieux légendaires ou pour faire du tourisme. A partir de 19h, le pub a commencé à se remplir de têtes, connues et inconnues, venues essentiellement des pays limitrophes de la Belgique pour faire la fête avant de rouler, comme il se doit dans tout évènement digne de ce nom. Plusieurs groupes se sont succédés pour inonder la salle de bon son, ce qui n’a pas manqué de faire bouger la foule, jusqu’à l’excès (blessure sanguinolente d’un des organisateurs, LeDav’, pour cause de bris de verre).

Hellcross

Source : One Gear

Le samedi, c’est à moins d’un kilomètre de la frontière avec la France que les participants (et nombreux accompagnateurs / spectateurs) avaient rendez-vous. Cette année, le Hellcross changeait de lieu et retrouvait une configuration assez proche de son édition initiale : un parcours plat, tracé aux abords d’un complexe sportif municipal, avec une boue collante chargée de brins d’herbe et ponctué d’obstacles artificiels. Très sinueux, il donnait peu de répit, notamment lorsqu’il est devenu glissant en fin de journée. Evidemment, le tracé passait au travers du lieu de vie de l’évènement, « le chaudron », où les encouragements et cris étaient nombreux, et où régnaient les odeurs de gaufre et de saucisses grillées. La grosse voix de LeDav’ a manqué une bonne partie de la journée, mais il était excusé…

La journée a commencé avec la course des enfants, puis ce fut au tour des « adulescents » d’en découdre. Quatre poules qualificatives ont eu lieu, avec plus ou moins le même déroulement. Dans la cour du complexe sportif, les vélos étaients laissés (et mélangés par les organisateurs, cela va de soi !) pour un départ à pieds, bruyant et chaotique, comme le singlespeed sait si bien le faire. Ensuite, les tours s’enchaînaient pendant environ 30min, ponctués par les passages dans « le chaudron » et le traditionnel arrêt bière. Dans chaque poule, les meilleurs étaient directement qualifiés pour la finale, prévue en fin de journée. Certains préféraient rouler tout le temps, sans s’arrêter, pour justifier les kilomètres faits en voiture. En fait, tout le monde se fichait du résultat, les sourires étaient sur tous les visages et c’est comme ça que devrait être tout évènement de vélo !

Hellcross

Source : One Gear

Juste avant la tombée de la nuit, la demi-finale permettait de rouler un peu plus, de se réchauffer pour certains et de finir de ruiner le parcours pour la finale. Les moins vindicatifs étaient déjà douchés, profitaient des pains-saucisses / gaufres / bière / concerts / etc. et faisaient du bruit pour les coureurs sur le parcours. Des voix se sont perdues au cours de l’après-midi, mais la chaleur humaine n’a pas baissé, elle, et a largement compensé les effets du vent froid soufflant sur le parcours alors que les fûts de bière de l’arrêt bière se sont vidés définitivement. Puis la nuit est tombée, un contest impromptu de bunny-hop en micro-BMX s’est organisé dans « le chaudron » et le départ de la finale est devenu imminent.

Cette fois, les participants ont laissé leurs vélos et casques dans « le chaudron » et se sont regroupés dans la cour du complexe en attendant le départ. Un peu précipité, probablement pas complètement calculé, il fut rapide et comme une traînée de poudre, les coureurs se sont retrouvés dans « le chaudron ». Les casques ayant été donnés aux spectateurs, une agitation frénétique a régné pendant de longues minutes, le temps que chacun retrouve ses biens. Devant, la course était déjà lancée, à un rythme élevé, à la seule lueur des lampes. Le spectacle était particulier, avec des lumières dans toutes les directions, telles des lucioles autour des virages du parcours.

Hellcross

Source : One Gear

Comme d’habitude, il est peu important de savoir qui a remporté le Hellcross. Le but n’est pas là, mais bien dans le partage que ces quelques heures permettent. La « remise des prix » a de nouveau généré son lot de larmes, pour Hugo, pour la générosité qui baigne cette petite communauté. Et la chaleur humaine a continué de se répandre toute la soirée, malgré l’éparpillement progressif des participants et spectateurs. Plus qu’aucun autre évènement de la planète singlespeed, le Hellcross ne laisse pas indifférent, tellement son contenu émotionnel est fort.

Et dès le lendemain, on commence à compter les jours jusqu’à la prochaine édition… On vous y retrouve ?


Billet listé dans la / les catégorie(s) : Europe

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont fermés.