Three-Peaks CX – Par Guy Kahouze

Par David - 30 octobre 2017 - Pas de commentaires

Toujours amateur d’évènements atypiques dans le monde du vélo, j’ai fais le Three-Peaks Cyclocross en singlespeed cette année. Je l’avais fait avec des vitesses il y a quatre ans, mais avant de me huer, il faut voir le menu du jour : 61 kms, dont 29 de route et 32 de tout terrain, le reste se fait à pied. A propos de pieds, il y en 5000 à grimper, ce qui donne 1500 de nos mètres.

3-Peaks CX

Source : Clém’ Shovel

Et chaque dernier week-end de septembre depuis 55 ans, ils sont près de 600 participants à se retrouver du côté d’Helwith Bridge : il y a de tout, principalement des locaux, qui ont parfois vingt éditions derrière la cravate ! Il s’agit de relier trois monts du Yorkshire Dales, dans le nord ouest de l’Angleterre : Ingleborough, Whernside et Pen-y-Ghent.

3-Peaks CX

Source  : views are my own

Le départ est à 9h30, derrière une voiture puis on lâche tout de monde au pied du premier mont, Ingleborough. Ça part vite, on veut bien se placer car le classement se joue déjà pas mal à cet endroit (c’est une vraie course, on est pas venus aux champignons). Sur mon singlespeed en 34×16 je fais un peu le hamster sur route mais ca passe encore bien. Il n’y a d’ailleurs pas besoin de mettre un ratio trop petit, tu portes ton vélo assez vite : ça grimpe fort, jusqu’à 55% dans le fameux Simon Fell ! Tu peux t’agripper au sol avec la main tellement c’est pentu… Bref, on est déjà bien chauds avec mon pote Clém’ Shovel et je monte avec 10 minutes de moins qu’il y a quatre ans. Mon vélo est assez léger et j’ai pas mal couru pour me préparer à cet évènement. La descente n’est pas de tout repos, il y a des tourbières bien piégeuses où les OTB sont légions et je me plie à la coutume locale :

3-Peaks Cyclocross

Source : views are my own

Il y a ensuite une liaison pour atteindre le second plat du jour. Sur la route, les pelotons se forment plus ou moins, mais je ne prends pas trop de relais sauf quand ca grimpe où je suis obligé de monter en force avec le singlespeed ! Whernside est connu pour son long escalier, c’est presque impossible de doubler. La descente comporte une portion technique avec des pierres qui ne doivent pas connaître le mot « sec », puis ensuite ça s’assagit et c’est flat-out jusqu’en bas. Au pied de chaque mont les mécanos attendent avec des vélos de rechange, les meilleurs ont même des vélos pour descendre et d’autres hyper légers pour la montée. Pour info le règlement est similaire à celui de l’UCI, pneus en 33mm max et cintre route obligatoires. Ha, et il faut aussi une couverture de survie et un sifflet au cas où vous paumez dans la brume ; niveau météo ici, ça peut-être assez chaud (je vous laisse chercher des photos de l’édition de 2012). Cette année, on a de la chance, il fait beau et le vent est modéré (j’ai vu un coureur être poussé à terre par le vent la première fois que j’y ai roulé).

3-Peaks CX

Source : Clém’ Shovel

Bref, pour en revenir à nos moutons (nombreux dans la région !), je me sens plutôt bien mais dans la dernière liaison je commence à avoir des crampes bien que j’ai fait attention à boire et manger régulièrement. Pen-y-Ghent, le dernier mont, a ceci de particulier que ceux qui montent croisent ceux qui descendent. Et il faut voir les premiers vous croiser en descendant comme des Insoumis ! Bref, je suis vraiment dans le dur et le pire c’est que la montée est faisable en vitesses, mais en singlespeed, je dois souvent pousser / porter le vélo. Clém’ me double en m’ordonnant de remonter sur mon vélo, j’arrive tant bien que mal en haut pour aborder la descente. Il a la gentillesse de m’attendre un peu, mais repart aussi tôt. J’ai tenté de me préserver un peu durant l’ascension car je sais que la descente est bien technique avec les autres cyclistes mais aussi les marcheurs et les nombreuses rigoles au travers du chemin.

3-Peaks CX

Source : ?

Je descends donc plutôt tranquillement, pas envie de me vautrer et les jambes sont bien lourdes … Après quelques bornes de route, retour au point de départ et je rends mon transpondeur après 4h22 de course, 25 min de mieux qu’avec les vitesses ! Il est temps de prendre son maillot, sa médaille et d’aller boire une mousse !

Ha, et si ca vous intéresse, les inscriptions pour l’année prochaine seront ouvertes fin juin 2018. C’est un très bel évènement, unique au monde, précurseur des ultras-CX et autres raids qui sont apparus après. Les locaux sont hyper accueillants, le coin est sublime, la cuisine est bonne, le fish and chips de Settle à tomber… On en profite également pour visiter un peu le coin, y’a pas que le vélo dans la vie !

Merci à Flo / Guy Kahouze pour ce compte-rendu !

Site officiel de l’évènement : 3peakscyclocross.org.uk

Blog intéressant de la course : 3peaksblog.ukcyclocross.co.uk


Billet listé dans la / les catégorie(s) : Europe, Evènements

Mots-clés : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *