Eurobike 2014 – Partie I

Comme chaque année fin août, la planète vélo s’est retrouvée quasiment au complet en Allemagne, au bord du lac de Constance, pour le salon Eurobike. Pour ceux qui ne le sauraient pas, il s’agit du plus gros salon mondial pour le marché du cycle, même si le salon américain Interbike a souvent plus de retentissement médiatique (Vegas sera toujours Vegas !).

Eurobike
Source : Bicycling Australia

Globalement, pour ce qui concerne le singlespeed, l’état du marché tel qu’observé sur cette édition est très semblable au constat fait l’an dernier. Le singlespeed est de moins en moins visible sur ce salon, revenant plus que jamais dans son statut de pratique underground. Quelques acteurs importants étaient absents, la plupart du temps parce que leurs présentations aux revendeurs et à la presse avaient déjà été faites. C’était notamment le cas de Kona, dont on sait que la gamme est globalement reconduite pour ce qui concerne les modèles dédiés ou compatibles singlespeed. Mais Niner avait aussi fait l’impasse, ainsi que d’autres marques pouvant intéresser les singlespeeders que nous sommes (GenesisCharge, etc.). Dommage.

Côté vélo complet, il n’y avait donc pas grand chose à se mettre sous la dent. Pour ce qui concerne le tout-terrain, deux des trois singlespeeds de série du salon étaient sur le stand de la maison mère de Bombtrack ! Ainsi, Traffic étant le distributeur de Charge pour l’essentiel des marchés européens, quelques vélos de la marque anglaise étaient présentés. Le Cooker SS est l’un deux. Il s’agit d’un joli 29er tout rigide, au cadre en tubes Tange Infinity et doté d’un boîtier de pédalier excentrique. Très tendance avec sa livrée simple, son montage cohérent (bien que basique) et ses pneus à flancs skinwall, il fait très envie, surtout pour son tarif d’environ 900€.

Charge
Source : One Gear

Quant à Bombtrack, la marque a beaucoup revu son cyclocross, l’Arise, suite aux retours des clients qui apprécient sa versatilité. Le modèle 2014 s’est beaucoup vendu pour des déplacements quotidiens, voire pour du voyage, en plus de l’utilisation plus sportive visée initialement par Bombtrack. En conséquence, le châssis a été retouché pour permettre de fixer garde-boues et/ou porte-bagages, mais aussi pour offrir une compatibilité avec un montage à vitesses (c’est mal, mais avec des sacoches bien chargées, on peut excuser).

Bombtrack
Source : One Gear

Les autres éléments bien retouchés sont la fourche et les moyeux. L’ancien modèle de fourche utilisait une construction traditionnelle avec les fourreaux emmanchés et brasés dans un té moulé. Bombtrack a modernisé la fourche avec une esthétique lissée, très réussie. Quant aux moyeux, ils ont été beaucoup allégés (environ 300g de moins sur le moyeu arrière, par exemple), avec plus d’éléments en aluminium, et l’arrière permet le montage multi jusqu’à 6 vitesses. Disponibles en pièces détachées, ils constituent un choix intéressant pour ceux qui veulent convertir au singlespeed leur cadre en 130mm d’entraxe.

Bombtrack
Source : One Gear

Au final, la philosophie de Bombtrack (« ne rien avoir à changer ») se reflète dans la qualité du montage proposé. Un effort particulier a été fait sur les éléments qu’on change rarement (cadre, fourche et moyeux) et le reste du montage ne déçoit pas, d’autant plus quand on connaît le tarif de l’Arise (~850€). Le seul reproche qu’on puisse faire est le choix de la monte de pneus, parfaitement adaptés aux clients qui utiliseront ce vélo pour se déplacer quotidiennement en environnement urbain, mais limités pour ceux d’entre nous qui aiment jouer hors bitume. Petit défaut, facilement corrigé par un changement de pneus pour des plus cramponnés.

Toujours du côté du cyclocross, All-City, était présent sur le salon avec un Nature Boy Disc. Déjà évoqué sur One Gear, on ne s’étendra pas dessus.

Restez branchés pour les autres nouveautés et informations glanées sur le salon !