SSWC 2011

Ce compte-rendu arrive bien tard, mais il aura le mérite d’exister…

Le SingleSpeed World Championship 2011 avait lieu à la fin du mois d’août, à Kilfinane, un petit village irlandais entre Cork et Limerick. Cela faisait quatre ans que le SSWC avait lieu hors d’Europe, depuis l’Aviemore (Ecosse), en 2007.

Les premiers concurrents étrangers sont arrivés à Kilfinane le jeudi. En fin d’après-midi, nous avons profité d’un trajet en bus pour rejoindre un pub de Limerick où avait lieu le decider, la « compétition » qui décide de qui organisera le SSWC l’année suivante. Un peu bizarre d’organiser ça si tôt dans l’évènement, si loin du lieu de la course et alors que si peu de participants sont arrivés (les Italiens n’ont pu participer, du coup). Mais peu importe, l’Arizona (USA), le Canada, Israël et l’Afrique du Sud étaient en lice et ont du briller dans des disciplines aussi diverses que l’air guitar, la salsa, le hula hoop et la danse irlandaise. Finalement, ce sont les Suds Africains qui ont remporté l’organisation au son des vuvuzelas !

Photo © tylernol

Le lendemain, Kilfinane s’est rempli doucement. Devant chaque échoppe traînaient des singlespeeds et leurs propriétaires, on retrouve dans le lot des têtes connues. On fait aussi des connaissances, comme toujours lors d’un SSWC. Beaucoup profitent de cette belle journée pour rouler au Kilfinane mountain bike park, où allait se dérouler la course du lendemain. Le terrain est très sympathique, technique et exigeant, ça promet un bon moment !

Le samedi, c’est le grand jour. C’est l’effervescence dans Kilfinane. Chacun y  va de sa mécanique de dernière minute, les déguisements sont de sortie et tout le monde se prépare à la grande parade qui va nous emmener de Kilfinane au lieu de la course. Sur l’heure de midi a lieu le briefing de course et la parade démarre juste après, sous les regards amusés de spectateurs plus ou moins habitués au folklore singlespeed…

Photo © singlestoph

Une fois au mountain bike park, on dépose les vélos, puis on patiente (et refroidit…) en attendant le départ, au son tonitruant de la techno. Une petite averse passe, le YMCA des Village People aussi et pan ! C’est parti ! Ça court vite devant, on se faufile au milieu des tas de vélos en priant pour que le sien ne soit pas sous le tas ou caché dans un buisson. Une fois que l’on a récupéré son destrier (ou pris un autre dont la taille convienne), c’est parti pour 2 tours de 17km. Ou un seul tour pour ceux qui ont un peu trop bu la veille…

Photo © singlestoph

Au final, Heather Holmes (femme, USA) et Niall Davis (homme, Irlande) remportent le SSWC et les tatouages qui vont avec. La soirée sera arrosée pour tout le monde, en se promettant de se revoir quelque part bientôt et pourquoi pas en Afrique du Sud l’an prochain !

PS : Julien Conan, malchanceux lors de la course qui aurait pu tourner à son avantage, a fait un compte-rendu pour Vélo Vert. A lire ici.